POTERIE DE CAUPENNE

« Quand j’étais « Gafet », mon père me laissait m’occuper des fours, je suis donc tombé dedans étant tout petit » nous explique Philippe. Philippe a hérité du don de son père….
Il aime travailler la terre qu’il achète en Espagne dans la banlieue de Barcelone. Apprenti avec son père il n’a jamais eu envie de faire autre chose.
« Pour savoir tourner il faut au moins 3 ans d’apprentissage », la forme obtenue doit sécher 15 jours à l’air libre avant d’être émaillée.
« L’émail c’est de la silice à laquelle on rajoute du colorant, le bleu cobalt pour le bleu, l’oxyde de cuivre pour le vert, le manganèse pour le violet et le carmin pour le rouge. »
L’installation dans le four est une opération délicate, il s’agit d’optimiser l’espace sans rien casser. Les pièces d’argile cuisent à 980 degrés.
Les couleurs et les formes ont évolué en fonction des demandes de la clientèle. Philippe profite de l’automne pour concevoir de nouveaux modèles.
Il fabrique en majorité des poteries horticoles puisque la terre utilisée est une argile poreuse.

Image2Image1

Quand il souhaite faire des produits adaptés à l’alimentation il utilise le grés pour les vinaigriers et des pichets
« dans ce cas là la cuisson doit monter à 1200 degrés ».
Installé dans l’atelier où travaillait son père il éprouve depuis 1986, année de son installation, toujours le même plaisir à « tourner la matière ».
Il vend ses produits directement à l’atelier ou dans des points de vente installés dans des sites touristiques tels que Brive, Biscarosse et l’île d’Oléron

Un passionné aux doigts de velours,
stand et poteries à disposition des visiteurs